VOTE | 91 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

Le Professeur - Partie 2a (201-204)

Unités d'intervention, police scientifique, voitures avec gyrophares et sirènes hurlantes, hélicoptères... la propriété de Tolède n'a plus rien de la bâtisse reculée au calme dans la campagne, c'est une fourmilière où les policiers grouillent de partout, s'agitent et s'activent. Et le Professeur se trouve en plein milieu ! Nerveux, il observe, toujours installé dans la voiture dans laquelle il a conduit Raquel jusqu'ici, à sa demande. Il a aussi baissé sa vitre ce qui lui permet d'entendre les communications relayées par le véhicule garé à côté de lui. Il apprend ainsi que des barrages vont être dressés sur toutes les routes dans un rayon de 10 km autour de la maison. Se faisant aussi discret que possible, il sort un mouchoir pour tenter d'essuyer ses empreintes sur le levier de vitesse.

Mais tout ceci avait été prévu par le Professeur qui avait préparé "une scène de crime, digne d'un Oscar". Tout avait été minutieusement orchestré par ses soins pour que la police trouve uniquement en ces lieux, ce que lui-même avait décidé de leur donner comme éléments. Il était revenu récemment pour ajouter des objets porteurs de l'ADN de personnes qui étaient totalement étrangères au braquage, et des seuls malfaiteurs déjà identifiés par la police : Tokyo, Rio et Berlin auxquels il avait ajouté des éléments destinés à envoyer Raquel sur une fausse piste.

Toujours à l'écoute, il apprend bientôt que Raquel a sollicité la présence de l'inspecteur Alberto Vicuna, réputé comme le meilleur enquêteur de la police scientifique, et par ailleurs son ex-mari. Alors qu'il continue d'attendre le retour de l'inspectrice, il aperçoit un carnet à spirales dans le vide-poche de la voiture de Raquel. Il s'en saisit, l'ouvre et découvre via des notes laissées par la prof' de Paula que la petite fille est allée déjeuner avec son père, venu la chercher à l'école. L'enseignante sollicite aussi un entretien avec Raquel pour discuter d'Alberto, qui l'a invitée à prendre un café. Il remet le carnet en place, toujours en utilisant un mouchoir pour ne pas laisser d'empreintes. 

Quand Raquel sort prendre l'air quelques minutes, Salva s'avance vers elle. Elle s'excuse aussitôt, expliquant qu'elle avait oublié qu'il était encore là. Il se montre très compréhensif, mais lui indique qu'il doit rentrer à Madrid. Il propose donc de lui laisser sa voiture et de repartir en bus. Raquel insiste pour le faire raccompagner. Confus, il ne peut refuser de repartir avec des policiers. C'est alors que la jeune femme aperçoit un mégot à ses pieds, ignorant que c'est lui qui l'a déposé devant la maison lors de sa dernière visite.

Assis à l'écart de l'agitation, Raquel prend quelques minutes pour discuter avec Salva. Elle lui demande si elle ne devrait pas prendre un congé et passer le relais à quelqu'un d'autre pour cette affaire. Solliciter ainsi son avis est une marque de confiance, mais il botte en touche en lui disant que cette décision lui revient. Elle se confie davantage à lui, expliquant qu'elle ne se sent pas toujours à la hauteur et lui parle de ses discussions avec le Professeur, évoquant ses questions tordues ! Il sourit mais Raquel est sérieuse, elle lui confie qu'elle a vraiment le sentiment que ce mystérieux Professeur est plus fort qu'elle, qu'elle se sent larguée et qu'elle n'a aucune chance contre lui.

Elle le surprend en train de regarder sa montre - il a manqué l'appel de contrôle de 18h convenu avec la fabrique. Elle s'excuse de le retenir. Il lui prend la main, l'assurant qu'il n'a pas de choses prévues. La radio de Raquel annonce l'arrivée de l'inspecteur Alberto Vicuna. Elle lui demande s'il peut l'accompagner, et quand il accepte, elle lui lance un regard reconnaissant.

Quand les ex-époux se retrouvent face à face, la tension est palpable. Alberto la remercie de l'avoir fait venir - une attitude très professionnelle. Il demande des nouvelles d'Angel puis dévisage Salva. Raquel le présente comme "son copain". Le Professeur précise qu'il se nomme Salvador Martin, les deux  hommes échangent poliment une poignée de main.

Resté devant la bâtisse alors que Raquel repartait travailler avec Alberto à l'intérieur, Salva regarde une nouvelle fois sa montre. Il est 18h10 et il est toujours coincé sur place en attendant qu'une voiture de patrouille soit libre pour le ramener à Madrid. Il s'adresse à Suarez pour savoir si son départ pourra avoir lieu bientôt, mais il lui explique qu'ils ne peuvent pas repartir. Salva lui répond qu'il prendra le bus mais qu'il souhaiterait dire au revoir à l'inspectrice avant de partir. Suarez accepte de le conduire jusqu'à Raquel. Il ne peut pas aller plus loin que le cordon de sécurité installé à l'entrée de la pièce principale.

Depuis là, il voit Alberto faire des prélèvements dans la cheminée. Blême, il comprend qu'il a commis une erreur en y brûlant des photos de son père, la veille du braquage, en compagnie de Berlin. Quand il voit qu'Alberto a terminé et emballe ses affaires, Salva interpelle Raquel et lui dit qu'il est tard, qu'il doit rentrer à Madrid et qu'il va prendre le bus. L'ex-mari de Raquel propose de l'y conduire. [201]

Lundi 24 octobre 2016 à 18h32, soit 81 heures après le début du braquage : Alberto engage la conversation avec Salva tout en conduisant la voiture pour les ramener tous deux à Madrid. Il lui confie qu'il est ravie de voir Raquel heureuse. Le Professeur essuie son front, simulant un léger malaise qu'il justifie par un problème de santé qui l'oblige à aller souvent aux toilettes. Alberto compatit et lui propose de s'arrêter à la prochaine station service, mais Salva lui demande de se garer rapidement près d'un cimetière reculé dans la campagne. Le policier accepte volontiers, le Professeur sort de la voiture et s'éloigne d'un pas rapide pour aller jusqu'à l'angle du mur du cimetière et le dépasser afin d'être hors de vue. Là, il entreprend de vider un sac poubelle trouvé dans un conteneur puis, n'ayant pas trouvé ce qu'il cherche, il en éventre un second puis un troisième. Il trouve enfin des journaux au milieu des détritus répandus sur le sol, en déchire un morceau et l'enflamme à l'aide d'un briquet. Lassé de patienter, Alberto sort de sa voiture et s'avance en direction de l'angle du cimetière, appelant son passager. Sergio est parvenu à obtenir des cendres de journal, qu'il range précautionneusement dans son portefeuille juste avant que l'ex-mari de Raquel le rejoigne et prenne de ses nouvelles. Les deux hommes regagnent alors la voiture et reprennent la route. 

Salva change complètement d'attitude avec Alberto, pour le pousser à s'arrêter une nouvelle fois. Il le provoque en disant qu'il doute qu'il veuille le bonheur de Raquel. Il l'attaque sur sa liaison avec la soeur de Raquel et la prof de Paula. Il va jusqu'à le traiter de "dégénéré" et affirme qu'il a besoin d'un psychiatre. Les deux hommes en viennent aux insultes, Alberto prend alors un chemin de terre dans un champ et exige que Salva sorte de sa voiture. Sortant le premier et posant son arme sur son siège, le policier l'attend dehors pour une explication à mains nues. Salva enlève sa veste et le rejoint dans le champ. Alberto frappe le premier, le Professeur évite son poing et l'avertit tout en enlevant ses lunettes : "Arrête, tu vas te faire mal." Ignorant son avertissement, Alberto tente une nouvelle fois de le frapper. Salva l'empoigne et l'immobilise avec une prise d'arts martiaux avant de lui faire perdre connaissance.

Alors que son adversaire git inanimé sur le sol, il se hâte vers la voiture, prend un mouchoir dans sa poche dont il se sert pour ouvrir le coffre puis la mallette d'Alberto sans laisser d'empreintes.  Il s'empare ensuite d'une paire de gants du policier, l'enfile et saisit la lame de verre dans laquelle est enfermé l'échantillon de cendre recueilli dans la cheminée de Tolède. Il soulève la lamelle et laisse la preuve s'envoler avec le vent, puis la remplace par la cendre du journal brûlé qu'il avait rangé dans son portefeuille.

Vite fait, bien fait, l'échange est effectué. Il retourne vers Alberto toujours à terre, inconscient. Quand celui-ci ouvre les yeux, Salva lui présente ses excuses. Ignorant sa main tendue, le policier se relève et marche d'un bon pas vers sa voiture en toussotant. Il saisit son arme et annonce à Salva qu'il est en état d'arrestation pour "agression contre un agent de police". Les mains en l'air, le Professeur obtempère. Alberto le conduit, menotté, jusqu'au commissariat de police et charge l'un de ses hommes de prendre ses empreintes et de le coffrer. Photographié pour établir son casier judiciaire, le Professeur doit aussi remettre ses effets personnels qui comprennent la clé de l'entrepôt où il a installé son repère et le flacon de poison qu'il destinait à Marivi quelques heures plus tôt !

Et comme si la situation n'était déjà pas assez compliquée, il découvre à la télévision que Tokyo a été expulsée de la fabrique et arrêtée par la police ! [202]

Lundi 24 octobre 2016 à 19h30, une policière s'approche du Professeur pour l'informer froidement qu'il encoure entre une et quatre années de prison pour "violence volontaire sur policier". Il demande à appeler son avocat. La télévision continue à diffuser des images de l'arrestation de Tokyo. Un clochard assis à ses côtés lui dit qu'il soutient les braqueurs. Quand Salva lui répond "On ne sait pas comment ça va finir", on perçoit toute l'inquiétude et la tension qui l'animent. 

La policière lui apporte son téléphone portable qui lui avait été confisqué afin qu'il puisse trouver le numéro de son avocat et l'appeler depuis le poste fixe du commissariat. En fait, il appelle Raquel qui était justement en train d'interroger Tokyo sous la tente de la police. Il lui explique sa situation et elle promet de venir sur place dès que possible. Le clochard semble plutôt heureux d'apprendre que Salva a tabassé un policier, il lui conseille néanmoins de dire dans sa déclaration qu'il s'agissait d'une bagarre où chacun a donné et reçu des coups. La réflexion de son voisin a du sens et l'amène à réfléchir. Bientôt, le Professeur demande l'autorisation de se rendre aux toilettes. Un policier l'y escorte, lui enlève ses menottes et lui accorde cinq minutes. Dès qu'il est seul, Salva entre en action, déterminé. Il retire l'un de ses chaussettes, glisse deux pains de savon à l'intérieur puis, serrant les dents, entreprend de se frapper violemment sur le torse. Il enchaîne les coups sans ménagement, violents, sans laisser échapper un seul cri de douleur.

Quand Raquel arrive au commissariat, elle trouve Salva assis sur sa chaise, stoïque. Aussitôt, il lui présente des excuses, exprimant des regrets pour son erreur. Face à lui, l'inspectrice est très remontée contre son ex-mari et demande plus d'explications. Le Professeur apparaît vulnérable, il se justifie une nouvelle fois en disant qu'il ne s'était jamais battu auparavant. Quand elle lui demande s'il s'est défendu, il acquiesce et ajoute qu'il pense avoir mis "une bonne raclée" à Alberto. Elle sourit et en retour, il se met à rire avant de grimacer de douleur. Il lui raconte que son corps "a servi de punching ball". Raquel soulève sa chemise, se fige et lui dit qu'elle va appeler un médecin et se charger de tout. Elle a une explication houleuse avec Alberto qui nie avoir porté la main sur Salva. Furieuse, elle revient vers le Professeur, brandit son insigne, exige des explications des agents présents avant de lui demander d'ouvrir sa chemise.

Alberto, stupéfait, découvre son torse couvert d'hématomes, il clame son innocence alors que Raquel demande l'enregistrement d'une déposition pour passage à tabac. Son ex-mari ne veut pas faire de vagues, il accepte de retirer sa plainte contre Salva en échange de quoi Raquel déclare que son compagnon ne déposera pas la sienne. Le Professeur est libéré et on lui restitue ses empreintes, il arrive même à obtenir que le procès-verbal avec ses empreintes soit remis à Raquel qui, toujours furieuse, le déchire devant tout le monde et lui donne les morceaux. Le voici libre !

Quand il arrive à son repère, le Professeur s'empresse d'appeler la fabrique pour avoir des explications sur l'arrestation de Tokyo. Le téléphone sonne dans le vide, personne ne décroche, il commence alors à scruter ses écrans et découvre Berlin et Helsinki qui semblent prêts à exécuter Rio, tandis que Nairobi et Denver les pointent leurs armes sur eux. Il raccroche, hypnotisé par les images qui sont sous ses yeux. Berlin vide son chargeur dans les rouleaux de papier monnaie tout autour de Rio, puis se dirige vers le bureau, tandis que le jeune braqueur tombe à genoux en larmes, traumatisé.

Le Professeur reprend ses esprits et appelle l'inspectrice sous la tente, lui demandant avec courtoisie si sa journée s'est bien passée. Elle répond  avec un brin d'impertinence qu'elle ne parvenait pas à le joindre et s'inquiétait pour lui, puis l'appelle par son prénom "Sergio" (qu'elle a réussi à obtenir en interrogeant Tokyo). Après un petit temps d'arrêt, il ne relève pas ce changement et ajoute qu'il téléphonait simplement pour dire "bonjour", sachant pertinemment que leur conversation est sur haut-parleur et que Tokyo l'entend. Il compte ainsi la rassurer. Mission accomplie, Tokyo l'a entendu et compte désormais sur son ange gardien pour venir à son secours. [203

Lundi 24 octobre 2016 à 21h. Il appelle ensuite Berlin qui lui affirme avec aplomb que "tout se passe comme sur des roulettes". Le Professeur s'emporte et lui demande des comptes sur le fait que Tokyo soit interrogée par la police et qu'il était sur le point d'exécuter Rio. Avant qu'il ait pu lui répondre, Berlin est assommé par Nairobi qui reprend le téléphone et lui annonce qu'elle prend désormais les choses en main : "Le matriarcat commence." Elle lui raconte les derniers événements : Tokyo jouant à la roulette russe avec Berlin ligoté à un siège qui l'a ensuite livrée à la police, la désertion de Rio qui a entraîné la décision de Berlin de l'exécuter, Helsinki qui a étouffé Oslo... Le chef de la bande encaisse l'avalanche d'informations, atterré par ce qu'il apprend. Il leur explique que la découverte par la police de la maison de Tolède faisait partie de son plan. Nairobi lui demande de clarifier la situation, et il confesse qu'il doit encore régler certains détails.

Il prend ensuite un appel de l'inspectrice qui lui demande comment elle doit l'appeler désormais. Il répond que "Le Professeur" convient parfaitement et au cours de la conversation, il avoue qu'il s'agit pour lui d'une première fois dans le monde du crime. Elle lui apprend que Tokyo sera placée le soir même en détention provisoire sans possibilité de libération sous caution. Il lui concède qu'elle a marqué un point en arrêtant Tokyo, mais qu'il ne s'agit que d'une bataille dans la guerre qui les oppose.

A peine a-t-il raccroché que son téléphone portable sonne. C'est Raquel qui cherche à joindre Salva. Il tarde un peu à prendre son appel, le temps de prendre une bonne inspiration et de se glisser dans son rôle. Elle prend de ses nouvelles et lui dit qu'elle aimerait venir le soigner, mais qu'elle passera la soirée avec sa fille. Il la rassure en lui disant qu'il comprend son choix mais, une fois l'appel terminé, il va s'allonger sur son lit de fortune, meurtri et désabusé, ressentant le besoin de la rejoindre. Il va la retrouver chez elle.

C'est la première rencontre entre Salva et Paula qui lui demande s'il compte se marier avec sa maman. Il lui répond "pas encore" mais reconnaît l'avoir embrassée. La petite fille part se coucher en lui souriant. Restés seuls, Raquel et Salva passent en revue la journée tout en dégustant un verre de vin. Il passe la nuit ensemble. Au réveil, il lui dit que c'était la meilleure nuit de toute sa vie. Quand il explique qu'il ne s'y attendait pas et qu'il n'avait rien calculé, Raquel ne peut pas mesurer toute la portée de sa déclaration. Il s'ouvre à elle en utilisant des métaphores mais, en réalité, il lui parle du braquage qu'il a préparé depuis tant d'années et du fait de réaliser le rêve de son père. Submergé par ce qu'il ressent pour Raquel, il lui propose de régler certaines affaires en quelques jours puis de partir à l'autre bout du monde avec elle. Elle sourit à cette pensée, mais lui rappelle qu'elle a un braquage à gérer en cours, et aussi une mère et une fille. L'argument n'arrête pas Sergio qui lui répond qu'ils peuvent les emmener. Raquel ressent sa sincérité, elle est touchée au point d'en avoir les larmes aux yeux. Même si la perspective lui paraît folle, elle consent à partir avec lui.

Revigoré, Sergio adapte son plan et annonce les premiers changements à Nairobi. : dans l'heure qui vient, ils vont laisser sortir les otages retenus au sous-sol à qui ils avaient promis la liberté. Le Professeur appelle ensuite l'inspectrice pour l'informer, mais requiert un journaliste et un cameraman dans la fabrique pour couvrir cette libération depuis l'intérieur. Elle demande à y réfléchir. Il fait alors pression sur elle en lui rappelant qu'il enregistre leurs conversations et que son refus de consentir à récupérer 11 otages ne serait pas du goût de l'opinion publique. 

Raquel accepte le marché et bientôt, une journaliste accompagnée d'un cameraman sont autorisés à entrer dans la fabrique. Ils sont reçus par Berlin qui en profite pour rétablir la vérité concernant son casier judiciaire : il reconnaît être un voleur mais nie toute implication dans des trafics d'êtres humains, il dénonce ainsi la manipulation du public par la police. Le Professeur suit attentivement le reportage en direct à la télévision. Il apprend alors que le coéquipier de Raquel, Angel, pourrait sortir du coma. Sergio rappelle son équipe et demande à Nairobi de dire à Rio qu'il s'engage à récupérer Tokyo. Il lui demande ensuite à parler à  Berlin, et tous deux discutent de l'information concernant Angel. Leur analyse converge sur le fait qu'il s'agit d'un piège avec une probabilité de 99%, mais Sergio sait également qu'Angel est la seule personne capable de l'identifier.

Face à son jeu d'échecs, il réfléchit. Berlin lui rappelle qu'il a passé la moitié de son enfance dans un hôpital et qu'il peut réussir à trouver un moyen d'entrer puis sortir libre de cette souricière. Concentré sur ce casse-tête, le Professeur trouve une idée. [204]

Lire la suite >>>

Ecrit par Locksley 
HypnoCup
Ne manque pas...
Activité récente
Actualités
Le nouveau calendrier est arrivé !

Le nouveau calendrier est arrivé !
Le calendrier du mois de mars est arrivé ! Lumineux et joyeux avec le mariage de Berlin et Tatiana,...

Alvaro Morte en couverture du magazine Esquire

Alvaro Morte en couverture du magazine Esquire
Le numéro de mars 2021 du magazine Esquire publie une longue interview d'Alvaro Morte, qui fait la...

Un nouveau spoiler pour la partie 5

Un nouveau spoiler pour la partie 5
Le nouveau spoiler est une trouvaille originale dénichée encore une fois par le site Crush News. Un...

Park Hae Soo remplace Park Hae Joon dans le remake coréen

Park Hae Soo remplace Park Hae Joon dans le remake coréen
Park Hae Joon avait été annoncé pour jouer Berlin dans le remake coréen de La Casa de Papel. Il a dû...

Kim Ji-hoon sera Denver dans le remake coréen

Kim Ji-hoon sera Denver dans le remake coréen
Kim Ji-hoon a été choisi pour incarner Denver dans le remake coréen de La Casa de Papel. Né en 1981,...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

sabby, Avant-hier à 19:44

Hello à tous !! Avec quelques jours d'avance le calendrier et le sondage font leur grand retour sur Friday Night Lights On vous attend !

mnoandco, Hier à 15:13

Les résultats du concours 'voyage dans le temps' A Discovery of Witches sont disponibles. Venez les découvrir, mieux, les commenter!

sanct08, Hier à 16:06

Hello, dernier jour demain pour envoyer votre participation pour le concours de synopsis Doctor Who/ X-Files On attend vos créations !

sanct08, Hier à 16:26

Et encore une semaine pour voter au sondage et survivor Spécial Saint-Valentin ! Sans oublier notre pendu et notre photo du mois

lolhawaii, Hier à 19:14

Un nouveau sondage est disponible sur le quartier Hawaii 5-0 !! Avez-vous aimer ce début de saison 10 sur M6?

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site